Pour ne plus être importuné par des publicités intempestives, actualisez la page lors de votre première visite.

vendredi 30 mai 2014

Deutzia scabra 'Pride of Rochester', un arbuste à la floraison généreuse et légère


Comme tous les ans à la fin du mois de mai et pendant  tout le mois de juin, les deutzias sont les stars du jardin et métamorphosent le bout de la haie fleurie où ils sont plantés. Le premier à fleurir est toujours 'Perle Rose', puis c'est le tour du deutzia scabra 'Pride of Rochester' que j'ai installé il y a maintenant près de 15 ans. Sa floraison spectaculaire possède à mes yeux une grâce sans équivalent parmi les arbustes de printemps. Je ne résiste pas à son charme et à son élégance. 


Originaire d'Extrême-Orient, le deutzia scabra  ou deutzia rude est un arbuste à port dressé de 2 à 3m de haut et 2m large. Ses branches, dont l'écorce brune s'exfolie en longues bandes quand elles sont âgées, portent des feuilles ovales et crénelées d'un beau vert clair. En juin, éclosent une myriade de petites fleurs doubles de forme étoilée. Blanc pur à l'intérieur et  roses sur le revers, elles sont groupées en panicules serrés à l'aisselle des rameaux. Elles exhalent une doux parfum de miel qui attire en nombre abeilles et bourdons. Cette floraison très vaporeuse donne l'illusion que l'abuste est couvert de neige.


Ce deutzia est très rustique, il a une préférence pour les sols riches, profonds et bien drainés mais il s'adapte aussi aux terres maigres  à tendance calcaire comme chez moi. Lors des grandes périodes de sécheresse, il fait partie de ceux qui ne souffrent jamais. Un arbuste magnifique qui ne déçoit jamais.



J'ai en tout et pour tout effectué une seule taille de rajeunissement il y a quatre ou cinq ans. Juste après la floraison, j'ai sectionné à la base les branches les plus vieilles. Tous les ans en fin d'hiver, je coupe également les courtes tiges florales placées souvent perpendiculairement aux rameaux, elles portent des fruits en forme de capsules et sont donc facilement identifiables. Ce n'est certes pas orthodoxe et demande un peu de patience mais la floraison en est d'autant plus belle.



Tout près de lui fleurissent en ce moment le deutzia 'Perle Rose' et le rosier 'Cécile Brunner', tentaculaire et dangereusement épineux, mais si beau.


© Ma Planète Jardin, 05/2014

lundi 26 mai 2014

Rosier Eric Tabarly, un grimpant aux roses opulentes et parfumées


Alors que la floraison de certains de mes rosiers commence à pâtir des pluies abondantes qui s'abattent sur le jardin depuis la semaine dernière, Eric Tabarly respire la santé et ses roses délicatement mouillées de pluie n'ont jamais été aussi belles depuis son installation il y a 7 ou 8 ans. Ce superbe grimpant créé par Meilland en 2002 et ainsi nommé en hommage au grand navigateur connu de tous m'avait immédiatement séduit par la forme et la couleur de se fleurs. Leur beauté, bien discrète pendant des années, se remarque vraiment à présent et je me félicite de l'avoir choisi.


Eric Tabarly est petit grimpant qui peut atteindre 2 à 3 mètres de haut pour une largeur équivalente. Il porte un ample feuillage vert foncé un peu luisant qui reste toujours très sain.  Groupées en bouquets, ses roses en quartiers aux nombreux pétales (plus  e 100) ne sont pas sans rappeler la forme très pleine de bien des roses anciennes dont elle ont le charme. Leur couleur rouge pourpre ressort bien sur la masse du feuillage. Elles exhalent un parfum agréable mais pas très prononcé. Il est remontant et refleurit bien au cours de la saison.


On pourrait le considérer comme la version  rouge de Pierre de Ronsard, bien que ses roses soient plus doubles, plus parfumées, son port moins souple et que ses exigences en matière de climat soient sensiblement différentes.



Lui aime la fraîcheur et une certaine humidité du sol et de l'atmosphère. Il déteste la sécheresse qui l'empêche de pousser et la chaleur qui cuit ses roses. Pierre de Ronsard au contraire apprécie les expositions chaudes et ensoleillées. Lorsqu'il pleut trop, ses roses pourrissent et il peut être atteint par le marsonia



J'ai longtemps mis sur le compte de l'exubérant jasmin officinal situé tout près la végétation languissante d'Eric Tabarly, en fait il a végété pendant plusieurs années sèches. Qui sait si tous les deux n'auront pas la bonne idée de fleurir ensemble et d'unir leur parfum. Le temps très pluvieux de cette fin mai offre malgré tout une belle contrepartie!



Un très beau rosier moderne que j'imagine superbe en région fraîche et arrosée.

© Ma Planète Jardin,  05/2014

jeudi 22 mai 2014

Des arbustes et des vivaces de chez Planfor


La grande période de plantation a toujours été pour moi l'automne plutôt que le printemps et pourtant ce moment de l'année est une période favorable à la reprise et au développement des végétaux, surtout quand la terre est bien humide ce qui est le cas dans mon jardin qui vient de recevoir 50mm de pluie en 2 jours.

Grâce à un partenariat établi avec Planfor, je vais pouvoir entreprendre avec enthousiasme des plantations de printemps sur une grande échelle (elles feront l'objet d'un ou deux articles). Planfor (www.planfor.fr) est une pépinière située dans les Landes qui s'est spécialisée dans la vente en ligne de végétaux de toutes sortes qu'elle multiplie à plusieurs millions d'exemplaires. 

Le choix est large, les plantes sont proposées en plusieurs tailles (les jeunes sujets sont à des prix intéssants), les tarifs sont dégressifs en fonction du nombre commandés. Qu'on aime les vivaces, les arbustes à fleurs ou les exotiques on est sûr d'y trouver son bonheur pour un budget raisonnable avec l'assurance que les plantes seront choisies par des professionnels. Par ailleurs, le site est riche de nombreuses fiches plantes qui peuvent aider le jardinier à faire son choix.


Les plantes que j'ai reçues ont été conditionnées avec le plus grand soin. Elles ont été arrosées avant le transport et même douchées, il me semble, ce qui limite l'évapotranspiration. Chaque pot est emballé dans un sac biodégradable que je composterai comme les cartons. Elles ont été disposées tête-bêche dans de longs cartons sans être serrées et recouvertes de billes de calage qui sont certes non recyclables mais étant donné qu'elles sont parfaitement propres il est possible de les réutiliser. 


Malgré 5 jours dans l'obscurité et les températures élevées de la semaine dernière, tous les végétaux sont restés très fais, en fait ils sont tous prêts à être plantés. Seules les feuilles molles de la lavatère Barnsley se sont un peu affaissées mais de nouvelles pousses commencent déjà à sortir.


Cet assortiment  de qualité  se compose de 5 eleagnus Limelight et de 5 photinias Red Robin deux arbustes qui ne doivent manquer dans aucun jardin mais que curieusement je ne possédais pas. Ils me permettront de finaliser un grand projet qui a vu le jour inopinément et sur lequel je reviendrai bientôt.




Il comprend aussi un hortensia paniculé Kyushu, un hortensia Anabelle, un hortensia à feuilles de chêne, un bambou fargesia rufa de belle taille et un grand chèvrefeuille Goldflame.


Il y a aussi des jeunes sujets qui prospèrent toujours mieux que les gros dans ma terre pauvre et sèche: un ceanothe de Burkwood, une viorne de Corée Aurora, un lespedeza de Thunberg, un caryopteris First Choice et une lavatère  Barnsley.


Et pour finir des vivaces, des geraniums (Tiny Monster, Dusty Crug, Orkney Cherry), une heuchère (Plum Royale) et trois oeillets mignardises. Tout cela représente une valeur de 172 euros, le rapport qualité-prix est donc excellent.


  Un grand merci à Planfor, une entreprise et un site à découvrir.

© Ma Planète Jardin, 05/2014

dimanche 18 mai 2014

Geranium sanguineum, un geranium florifère et très résistant


Si les geraniums vivaces sont en vogue depuis quelques années, c'est qu'ils allient presque toutes les qualités. Ils sont solides et faciles à cultiver, leur feuillage est très décoratif, leur floraison généreuse et ils n'ont pas leur pareil pour habiller le bord des massifs ou le pied des rosiers. Parmi eux, deux sont vraiment très robustes et magnifiques quelles que soient les conditions. Alors que certains peinent un peu par grande sécheresse, eux conservent un feuillage impeccable et fleurissent toujours abondamment.


Ces deux valeurs sûres pour terrain pauvre et sec sont le geranium macrorrzhizum, présenté l'an dernier, et le geranium sanguin (geranium sanguineum). La floraison de ce dernier, dont j'ignore la variété, bat sont plein en ce moment et ses nombreuses fleurs se remarquent bien en bordure du massif  du massif de vivaces estivales encore vertes où il se trouve.




Il forme une touffe assez compacte et dense au feuillage semi-persistant de 30cm de haut et 40cm de large qui s'étend grâce à ses rhizomes sans pour autant devenir envahissante. Ses feuilles sont  très découpées et arborent une belle couleur vert sombre. Dès le mois de mai et jusqu'en juillet, il se couvre d'une myriade de fleurs en coupe rose violacé qui ressortent bien sur le feuillage. Ensuite, la floraison s'essouffle mais j'imagine qu'il refleurirait davantage si je prenais soin de tailler légèrement les tiges ayant porté des fleurs. Ce serait du reste le seul entretien qu'il exigerait.



Ce geranium  très rustique prospère en tout sol bien drainé, il aime le calcaire et même s'il a une préférence pour le sols fertiles un peu frais, il tolère parfaitement les terres pauvres et sèches. Une de mes voisines a eu la très bonne idée de planter un long talus aride et ensoleillé de geraniums sanguin, l'effet de masse est des plus heureux. On ne peut pas ne pas admirer le résultat.



Une vivace facile à vivre qui a sa place partout.

© Ma Planète Jardin, 05/2014

mercredi 14 mai 2014

Penelope, un rosier florifère et plein de charme


Ce très bel hybride de moschata créé par Pemberton n'est pas à proprement parler un rosier ancien puisqu'il a vu le jour en 1924 mais il a pourtant les qualités des roses d'antan. Installé depuis 7 ans dans mon jardin, il avait pour habitude de fleurir en juin. Cette année, il est un des tout premiers à offrir une floraison généreuse et délicate. Adossé à l'hortensia paniculé, il illumine à lui seul tout une partie du massif où Buff Beauty et Felicia jouent également les vedettes.


Penelope est un arbuste vigoureux de 1,50m de haut et de large à la silhouette évasée et au port souple. Sa ramure dépourvue de toute raideur porte un abondant feuillage vert sombre et brillant qui reste toujours sain. Les boutons sont rose corail. Groupées en larges bouquets, les roses mi-doubles  qui sont assez grandes (8cm) ne possèdent que deux trois rangées de pétales un peu ondulés et sont bien différentes des roses très doubles d'autres hybrides  musqués. D'abord rose nacré, elle prennent ensuite une belle teinte blanc ivoire que réhaussent les étamines jaune  d'or de leur coeur. Elles exhalent un doux parfum musqué qui est très agréable mais point capiteux.



Ce rosier s'adapte à des sols et à des climats divers. Dans mon jardin, il s'accommode du sol pauvre mais apprécie les apports de compost et d'engrais riche en potasse. La chaleur de l'été interrompt bien souvent la floraison et il entre en repos. Si l'automne est suffisamment arrosé, il offre une belle remontée à laquelle succède une profusion de petits fruits orange. Il demande peu d'entretien à part une taille légère qui consiste à supprimer le mois mort, une branche âgée de temps en temps et à raccourcir un peu les nouvelles pousses.



Il est superbe en isolé, en haie ou dans un grand massif en compagnie de vivaces à fleurs bleues comme les sauges, les delphiniums ou les nepetas. Un rosier au charme romantique que j'aime beaucoup.


© Ma Planète Jardin, 05/2014

dimanche 11 mai 2014

Bêche Fiskars Xact, un outil léger et très efficace pour travailler le sol


Pendant longtemps, j'ai utilisé une fois par an une motobineuse pour assouplir la terre de mon potager à la fin de l'hiver. Le sol était certes ameubli en surface mais à une profondeur de 30cm il se créait une sorte de semelle de labour très compacte qui empêchait les racines de se développer. Après avoir vendu la motobineuse, j'ai décidé de revenir à un travail manuel du sol, en fait au bêchage sans retournement, ce qui dans un potager de 100m² n'est pas insurmontable.


Grâce à la bêche Xact mise au point par Fiskars, le travail du sol devient beaucoup plus facile. Jusqu'alors je préférais la fourche à bêcher pour travailler la terre entre deux cultures mais le manche trop long de cette dernière n'était pas pratique, il fallait en outre fournir de gros efforts pour creuser la terre. Je l'ai définitivement remisée pour ne plus utiliser que sa concurrente avec laquelle bêcher devient un plaisir.


Légère et ergonomique, la bêche Fiskars Xact est proposée en deux longueurs (L et M). Elle possède un manche incurvé sur sa partie inférieure qui forme un angle optimisé avec la tête pour permettre à l'utilisateur de creuser facilement les sols durs en gardant le dos droit, ce qui évite douleur et fatigue. Le haut du manche, réalisé dans un matériau composite léger et robuste, est inséré sur une grande longueur dans la partie en acier. La poignée, très large, peut être saisie à deux mains, cela augmente la puissance pour creuser ou soulever. Elle est recouverte d'un matériaux spécial pour une meilleure prise en main et plus de confort.



La tête, plus fine que celle des outils classiques, est en acier léger mais très solide tout comme le manche. Elle est équipée d'un repose-pied qui facilite la pénétration dans le sol, de même que d'un bord bien affûté qui ont eu raison de la terre compactée par les pluies torrentielles de cet hiver. Les points de fixation sur le manche sont renforcés pour plus de rigidité et de résistance à la traction.

Bêche à bord droit Xact large.

Manche en FiberCom
Poignée en D avec revêtement en SoftGrip
Tête en acier au bore.
 Longueur : 120 cm
Largeur de travail : 19 cm
Pour les utilisateurs de taille comprise entre 175 et 195 cm
Poids : 1950g


Un très bel outil qui m'est devenu indispensable aussi au jardin d'ornement car il est idéal pour creuser les trous de plantation. Son prix est d'environ 55 euros.
   
Seule une petite vidéo était à même de témoigner de ses mérites. Comme on le voit, la bêche permet aussi de briser les mottes.

video


© Ma Planète Jardin, 05/2014