Pour ne plus être importuné par des publicités intempestives, actualisez la page lors de votre première visite.

jeudi 2 novembre 2017

Quelques vivaces de chez Promesses de Fleurs


L'automne est toujours l'occasion de repenser ou de compléter l'aménagement des massifs situés dans la partie nord du jardin, là ou les floraisons sont  toujours les plus belles en dépit des conséquences de la  sécheresse. Cette année encore la floraison des asters ne m'a pas déçu même si elle fut plus courte que d'habitude en raison du manque de pluie et des températures trop élevées. Installer quelques nouvelles variétés pour remplacer des asters novi belgii envahissants quoique florifères s'est imposé comme une évidence.


Une partie du grand massif des quatre saisons ne me donnait pas satisfaction. Dans l'espace compris entre trois rosiers anciens, il y avait un vide, seuls deux delphiniums issus d'une grosse et vieille souche divisée l'an dernier ont assuré le spectaclle. Certes, ils ont fleuri deux fois mais l'ensemble manquait de densité. Il m'a paru nécessaire de leur associer d'autres delphiniums qui se plaisent beaucoup à cet endroit. Encouragé par la belle floraison des asters frikartii, j'ai eu envie d'y planter une variété tout aussi belle que les grands classiques. Les molénes m'ont semblé également tout indiquées après qu'une espèce sauvage, la fine et élégante molène blattaire, assez proche des molénes hybrides mais bien différente de l'imposant et rustique bouillon blanc se fut  invitée dans le massif.


C'est de chez Promesses de Fleurs  que proviennent les vivaces choisies. Depuis plus de soixante ans, la siociété installée à présent à Houplines dans le Nord, commercilaise un grand nombre de plantes issues de sa pépinière. Au total, 7000 références sont disponibles, autant dire que les passionnés de jardin trouveront une large sélection de vivaces, de bulbes et d'arbustes et aussi des rosiers ou des semences.


Les asters reçus sont très beaux. J'ai opté pour les asters hybirdes Vasterival, aux fleurs mauves et  aux tiges noires et Herfsweelde, bleu violacé, l'aster frikartii Wunder von Stäfa  dont les fleurs bleu clair rappellent celles de Mönch et Jungfrau que je possède et enfin Esther, un hybride d'aster ericoide aux délicates fleurs rose tendre. Tous sauf Wunder von Stäfa ont été installés dans le grand massif qui longe le potager.


Egalement fraîches et bien développées, les molènes Flush of White et Pink Domino ont trouvé place à ses côtés au pied des rosiers Felicia, Penelope et Buff Beauty ainsi que trois delphiniums belladonna Cliveden Beauty. J'ai une vraie incertitude quant à leur reprise, c'étaient des sujets de tout petite taille et leurs feuilles ont commencé à s'abîmer avant la plantation. Depuis, elles ont entièrement disparu. Par chance, j'ai repéré leur emplacement mais cela n'est sans doute pas pas de très bon augure.



Il reste encore de la place dans les deux massifs  principaux de cette partie du jardin et je compte y planter encore des asters, notamment le superbe aster ericoide Blue Wonder, quelques delphiniums supplémentaires qui sont tellement incomparables en compagnie des rosiers mais aussi des graminées et des chrysanthèmes indispensables pour colorer l'arrière-saison. Un jardin est en perpétuelle évolution et c'est l'un de ses attraits principaux à mes yeux.

 © Ma Planète Jardin, 11/2017

dimanche 29 octobre 2017

Clap de fin pour les floraisons automnales


A quelques jours de la Toussaint, le jardin manque un  peu de couleurs même si son architecture est maintenue. Tous les asters d'automne sont défleuris et leurs graines font le régal des oiseaux. Leur feuillage tarde à jaunir malgré la grande sécheresse qui règne dans ma région. Quelques roses éclosent ça et et là rompant un peu la monotonie. 



Etonnament, les asters d'été Mönch et Jungfrau jouent les prolongations.Transplantés in extremis durant la canicule de juin qui les faisait souffrir, ils n'en finissent pas de fleurir. La terre plus fraîche à cet enfroit ombragé leur réussit.


Les feuillages peinent à prendre leur teintes automnales, les plus belles sont d'ordinaire celles du lagerstroemia, du liquidambar et des viburnums mais cette année elles seront absentes. Les feuilles du premier sont déjà tombées, le deuxième se remet doucement d'une chlorose qui l'a affecté durant l'été et les viornes ont subi les affres de la sécheresse. Même les inflorescences de l'hortensia paniculé brunissent au lieu de rosir.


Heureusement les chrysanthèmes aux couleurs vives et gaies sont là pour redonner un dernier souffle au jardin,. Tous ont bien fleuri. C'est principlament dans le massif nord-ouest pourtant très touché par la sécheresse qu'ils sont  beaux. Omniprésent, Citronella est mon  préféré avec Empereur de Chine que je vais devoir tailler beaucoup court pour qu'il ne s'avachisse pas.



 Le massif, parfois si triste en période chaude et sèche, en est transfiguré.




Sous peu, mon regard se portera vers les persistants et en particulier vers ceux qui ont été plantés récemment, notamment les cupressus macrocarpa Wilma et Goldcrest ou les epiceas bleus comme Iseli Fastigiata et Edith.



Que la pluie se décide enfin à tomber et ces jolies couleurs pourront durer encore quelque temps avant que le grisaille de novembre n'enveloppe tout.


©Ma Planète Jardin, 10/2017

vendredi 20 octobre 2017

Goldmarianne, un chrysanthème à la floraison généreuse et très lumineuse


En cette deuxième moitié d'octobre, les massifs de vivaces du jardin ont déjà perdu beaucoup de leur éclat, les températures élevées et le manque de pluie ont abrégé la  floraison des asters. Presque tous sont fanés mais il faut attendre qu'ils aient achevé leur cycle végétatif pour les rabattre. Même le grand rudbekia nitida Herbstsonne qui souvent m'offre une troisième floraison en cette saion refuse de remonter. Heureusement, une vivace parfois mésestimée des jardiniers, chosit cette période creuse pour s'épanouir  et égayer le jardin de ses teintes chaudes et lumineuses.


Précieux en raison de leur floraison tardive, leur facilité de culture et leur grande longevité, les chrysanthèmes vivaces fleurissent en grande majorité en octobre-novembre bien que certaines variétés du groupe rubellum s'épanouissent dès la fin août. Dans mon jardin, le chrysanthème indicum Goldmarianne en fleurs depuis une semaine environ se fait particulièrement remarquer. Il parvient en compagnie des asters Monte Cassino et  surtout Ideal à rendre attrayant le grand massif qui longe le potager.



Reçu en octobre 2016 des pépinières Stade en Allemagne, que je recomande pour la robustesse et la qualité de leurs plants, il a bien prospéré pour former en une saison seulement un beau buisson très florifère de 1m de haut et 50cm de large quoique je l'aie planté en bordure du massif où la terre est la plus pauvre et la plus sèche. J'apprécie son  feuillage bien fourni et son port assez compact et ramifié même en l'absence de pincement. Il reste bien droit sans tuteurage à la différence d'autres chrysanthèmes comme Empereur de Chine ou Citronella, également très beaux, qui  ont tendance à se coucher bien que je les aie taillés  en juin.


Groupées par trois ou quatre, les fleurs mi-doubles au pétales tubulaires ont d'abord un coloris  aux nuances ocre et cuivrées puis sont  d'un jaune d'or éclatant qui ressort bien par tous les temps et ne s'altère que très lenetement. Après complet épanouissement, les fleurs sont d'une tenue exceptionnelle. Pour réhausser encore la beauté de Goldmarianne, je vais lui associer plusieurs pieds d'aster cordidifolius Ideal dont la floraison bleu pale assez tardive et concommitante à la sienne est tout à fait extraordinaire par son abondance et sa durée.


Sous peu,  Bronzenteppich et Havelschwan, deux autres superbes chrysanthèmes des pépinières Stade, assureront à leur tour le décor dans le massif nord-est où ils se plaisent beaucoup. Un spectacle qu'il me tarde de pouvoir admirer.



© Ma Planète Jardin, 10/2017

lundi 9 octobre 2017

Christopher Harbutt, un aster de la Nouvelle-Angleterre à la floraison d'un bleu violacé unique


En ce début octobre, presque tous les asters du jardin sont en pleine floraison et je retrouve avec beaucoup de plaisir les grands classiques dont je ne me lasserai jamais, notamment Andenken an Paul gerber, Andenken an Alma Pötschke, Harrignton Pink, tous des asters de la Nouvelle-Angleterre que j'aime vraimant becuoup. En ce moment, la star du jardin est également un aster de ce groupe installé au pied du miscanthus face auquel il a su s'imposer.


Découvert en 2014, Christopher Harbutt est un aster de haute taille qui donne du relief aux massifs. Malgré ses 1,40m de haut et ses 80cm de large sa tenue est impeccable par tous les temps et il  ne nécessite aucun tuteurage. Autour du 20 septembre, il se couvre d'une multitude de fleurs doubles assez grandes d'un bleu violacé très lumineux rehaussé par le coeur doré des fleurs. Cette couleur unique fait ressortir les dernières fleurs de l'infatigable rudbekcia nitida Herbstsonne et met en valeur les asters aux couleurs plus claires.



Peu d'asters affichent un coloris d'un bleu aussi foncé, même Barr's Blue, que je possède également, est d'un bleu plus pale.



Il résiste bien à la sécheresse même en sol maigre et pauvre commez chez moi et ne souffre jamais d'oïdium Seul petit bémol, les feuilles du tiers inférieur grillent, il faut donc placer devant quelque faire-valoir pour masquer son pied. On ne trouve aucune information sur ce très beau cultivar certainement d'origine américaine ou britannique si l'on en juge par la consonance anglo-saxonne de son nom, il mérite en tout cas une place dans tous les jardins.



J'ai pour ma part choisi de le planter derrière le célèbre aster cordifolius Little Carlow que je trouve un peu maigrichon bien qu'il ait atteint ses dimensions  normales (80cm de haut sur 40cm de large), je compte le multiplier pour faire un beau buisson à partir de plusieurs pieds. Il est aussi associé à Mme Loyau, rose tendre, qui  crée un joli contraste et au très fin et très florifère aster cordifolius Ideal.


Cette année encore, les asters savent donner un nouveau souffle au jardin et c'est ce qui les rend indispensables.

© Ma Planète Jardin, 10/2017

vendredi 22 septembre 2017

Kylie, un très bel aster hybride à la délicate floraison rose pale


Planté en novembre 2014, l'aster amethystinus Kylie  a fleuri assez généreusement au bout d'une saison mais il a  eu bien du mal à s'affirmer car il était installé en bordure du massif qui longe le potager où la terre est la plus maigre et il souffrait par ailleurs beaucoup de la concurrence du grand miscanthus situé à sa droite. En mars dernier je l'ai déplacé dans la partie droite du massif après avoir éliminé des asters novi belgii non identifiés très drageonnneants et je m'en félicite en le voyant si beau. J'aurais dû faire de même pour l'aster lateriflorus Chloe qui étouffe lui aussi au pied de l'énorme et pourtant superbe miscanthus.


Depuis une dizaine de jours cet aster hybride obtenu à partir d'un croisement entre l'aster na Andenken an Alma Pötschke et l'aster ericoide White Heather est couvert d'une multitude de petites fleurs étoilées rose clair à coeur doré. Vigoureux, il forme une touffe de 100cm de haut et de 80cm de large dont certaines branches sont un peu retombantes, ce qui nécessite un léger tuteurage.


Ses fleurs d'une grande finesse se détachent bien sur le feuillage allongé vert clair et un peu rugueux comme celui des asters de la Nouvelle-Angleterre (mais plus élégant que ce dernier). Elles sont assez nombreuses pour créer un effet de brouillard et leur coloris pastel adoucit la teinte plus prononcée des variétés d'asters envrironnantes. Cette floraison magnifique qui est de bonne tenue devrait se prolonger plusieurs semaines.


Il résiste parfaitement à la sécheresse moyennant quelques arrosages, pousse aussi bien dans les sols maigres et calcaires comme chez moi que dans les sols riches et et argileux, conserve un feuillage dense jusqu'au pied (contrairmen aux asters novae angliae dont il est issu) et il n'attrape jamais l'oïdium.



Dans mon jardin, il est notamment associé à l'aster violet foncé Chirstopher Harbutt,  à l'aster na Andenken an Maria Stade, à l'aster cordifolius Blue Heaven, et à l'aster nb Dauerblau qui proviennent tous trois des Pépinières Stade en Allemagne.



Un aster de rêve que je recommande  tous les amatuers du genre.

© Ma Planète Jardin, 09/2017