Pour ne plus être importuné par des publicités intempestives, actualisez la page lors de votre première visite.

samedi 29 avril 2017

Des tulipes fleuries en avril grâce à une plantation tardive



Malgré le gel de ces derniers jours qui a occasionné  certains dégâts au jardin, la végétation conserve une avance considérable ce printemps. La spirée de Van Houtte qui en principe s'épanouit en mai est fleurie depuis des semaines, le lilas commence déjà à passer et les viornes de Chines offrent un floraison généreuse et précoce en dépit de la très grande sécheresse qui règne depuis cinq semaines. Quant aux rosiers, plusieurs portent déjà quelques fleurs.

Les tulipes du jardin, plantées il y a des années, se sont naturalisées au fil du temps et elles reviennent fidèlement. Cette année aussi elles ont fleuri mais avec un décalage énorme par rapport à une saison ordinaire, les premières ont éclos début mars et à la fin du mois les dernières étaient fanées si bien qu'il s'en est fallu de peu qu'avril, le mois des tulipes, ne fût privé de cette fleur reine du printemps que j'aime autant que la rose. Un phénomène inédit que je n'avais jamais constaté.

Fort heureusement, je profite malgré de tout de leur floraison élégante et colorée que je pourrai encore admirer quelque temps en mai. A vrai dire, c'est le fruit du hasard mais je me souviendrai de cette astuce pour avoir encore des tulipes fleuries quand les conditions sont peu favorables.

Pour pallier le manque de bisannuelles, j'ai eu l'idée de planter des bulbes de tulipe vers le 20 décembre de l'année dernière pour obtenir des massifs printaniers étoffés et colorés. Jusqu'alors je les plantais à la mi-novembre, je ne savais donc pas quelle serait la floraison.

Le résultat est satisfaisant, magnifique même pour certaines variétés qui se montrent très florifères et font preuve d'un belle résistance à la  sécheresse extrême qui frappe le jardin et commence à faire souffrir les vivaces.

La tulipe Darwin Princesse Irène est sans conteste la plus belle. Plantée en masse dans le massif sud-ouest un peu ombragé elle est en fleurs depuis des semaines où sa teinte orange flammé de rouge fait merveille. Un vrai bijou que je recommande vraiment.


Paul Scherer et Continental aux teintes pourpres sont superbes aussi, leur couleur ressort bien sur le feuillage gris des nepetas.


J'aime aussi beaucoup le coloris tonique et raffiné de la tulipe Triomphe Affaire, charmante au milieux des alchémilles, même si elle penche un peu la tête après avoir subi le gel.


Celle que j'avais reçue pour Groenland ressemble en fait  assez à la tulipe Virichic mais son originalité est attrayante.


Seules Purple Flag et Flaming Purple ont peu fleuri, la terre est très pauvre et très aride à cet endroit, il me faudra leur trouver un emplacement plus favorable.


La floraison finissante de Daydream accompagne la première rose de Sunstar, un duo incongru qui est dû entièrement aux caprices d'un climat que j'ai connu un peu plus tempéré.


Le hasard fait parfois bien les choses au jardin et cela suffit à faire oublier les déceptions.

© Ma Planète Jardin, 04/2017

samedi 15 avril 2017

Nouvelles floraisons printanières


Implantée au printemps 2014 en bordure de la propriété voisine, la haie d'arbustes persistants s'est bien développée, certains sujets ont même pris une ampleur dépassant largement mes attentes, notamment les photinias Red Robin dont l'opulent feuillage arbore en ce moment de superbes teintes rougeoyantes. Durant la période la plus chaude et la plus sèche des deux derniers étés, la floraison généreuse de l'olearia  haastii se fit particulièrement remarquer  mais a présent ce sont les deux arbustes de printemps installés à l'extrémité sud de la haie qui attirent mon attention depuis quelques jours tant leur floraison est belle.


Gracile mais très robuste, la viorne de Prague (viburnum pragense) offre enfin sa première floraison, trois ans après sa plantation. Ses petites fleurs tubulaires blanches sont réunies en grosses ombelles arrondies blanc crème bien réparties de la base au sommet qui se détachent sur son élégant feuillage vernissé vert foncé. Je suis surpris de sa croissance malgré les périodes sèches et chaudes qu'elle a du affronter depuis 2014. La sécheresse actuelle, intense et pour tout dire assez préoccupante, ne l'affecte pas. Le paillis étendu à son pied, qui me dispense de la corvée de désherbage, lui est sans doute profitable.


Ce viburnum peu commun, qui est une valeur sûre pour les amateurs du genre, complète et termine ma petite collection de viornes qui comprend dix espèces assez différentes les unes des autres.


Non loin d'elle, le berberis de Darwin (berberis darwinii) dont j'aime le feuillage graphique quoique piquant capte le regard par la couleur tonique de ses fleurs. Semblables à de petites clochettes réunies en grappes pendantes, elle affichent une couleur orange clair qui apporte beaucoup de gaieté dans cette partie du jardin autrefois si triste et devenue maintenant un des coins que je préfère.


Ce berberis persistant moins répandu que le berberis de Thunberg ne m'avait donné que quelques fleurs l'an dernier mais ce printemps il me gratifie d'une floraison digne de ce nom.


Il faudra encore quelques années avant que la haie prenne de l'épaisseur mais déjà, ces premières floraisons sont comme une récompense pour le jardinier heureux de récolter les fruits (ou plutôt les fleurs) de son travail.

Viorne de Prague, olearia haastii et berberis de Darwin


© Ma Planète Jardin, 04/2017

mercredi 12 avril 2017

Engrais organo-minéral DCM, un engrais polyvalent idéal pour le jardin d'ornement


La plupart des arbustes du jardin ne reçoivent aucun engrais, ils se nourrissent exclusivement du paillis de feuilles mortes, de tontes de gazon et de déchets de taille disposés à leur pied. Les vivaces en revanche ont droit à une distribution annuelle d'engrais qui permet de reconstituer les réserves nutritives du sol gage d'une croissance et d'une floraison satisfaisante. Comme mes massifs sont grands, il faut manipuler une certaine quantité d'engrais, il est donc essentiel qu'il soit facile à épandre, qu'il agisse pendant toute la période de végétation puisque je ne fais qu'un seul apport et contienne suffisamment de potasse pour assurer une floraison généreuse,  mes massifs sont en effet essentiellement plantés de vivaces à fleurs


L'engrais organo-minéral pour jardin  de la marque belge DCM répond à tous ces critères. Sa longue rémanence garantit une action douce et progressive pendant 100 jours et sa composition raisonnée (7.6.12) assure un développement équilibré des plantes. Il est riche en potasse (12% K2O) qui stimule la floraison et contient du magnésium (4% MgO), un minéral essentiel pour la vigueur et la bonne santé du feuillage. Résistants au lessivage, ses éléments organiques sont assimilés peu et peu et se transforment en humus indispensable à l'enracinement et au développement des plantes.



Pratique et agréable utiliser, cet engrais se présente sous forme de petits grains (minigran®) qui ne dégagent ni odeur ni poussière, ne sont pas corrosifs comme certains engrais de synthèse et s'incorporent aisément à la terre.




Polyvalent, cet engrais s'utilise aussi bien pour les plantations (j'en ai d'ailleurs utilisé pour planter des conifères et des rosiers)  qu'en entretien. Il convient pour les arbres et arbustes, les haies, les conifères, les buis, les rosiers et toutes les fleurs vivaces ou annuelles de pleine terre ou cultivées en jardinières.


Je compte pour ma part en distribuer aux vivaces du jardin d'ici un jour ou deux, elles sont déjà bien belles mais elles apprécieront sans aucun doute ce petit coup de pouce.

©Ma Planète Jardin, 04/2017