Pour ne plus être importuné par des publicités intempestives, actualisez la page lors de votre première visite.

samedi 19 août 2017

Belle remontée estivale des nouveaux rosiers Kordes Sunstar et Gräfin Diana


Bien que je plante chaque nouveau rosier de façon identique, les résultats diffèrent invariablement malgré les oins apportés. Tous reprennent dans leur immense majorité mais ils ne se développent pas au même rythme. En général ils ont besoin de trois à cinq ans pour bien s'installer dans la terre maigre et sèche du jardin. En dépit de la proximité de la roche calcaire, que leurs racines doivent certainement finir par atteindre, beaucoup sont beaux au bout de quelques saisons. Les rosiers anciens plantés cet hiver ne font pas exception à la règle, ils ont repris, ont bien supporté la sécheresse mais ils végètent ce qui n'a rien d"inquiétant.


Je suis en revanche très surpris par l'ampleur prise par deux  rosiers Kordes implantés en décembre 2014. Vigoureux et très sains, ils dépassent largement les dimensions que devraient avoir des sujets adultes et surtout ils offrent une belle remontée estivale après avoir déjà bien fleuri en juin dernier.

Pendant la canicule de juin dernier

Le rosier Gräfin Diana, une création Kordes de 2012, est le plus vigoureux et il attirait déjà l'attention pendant la canicule de juin. Alors que la chaleur intense cuisait la plupart des roses, ses belles fleurs doubles au parfum suave restaient superbes et leur teinte rouge pourpre s'accentuait encore.Depuis une dizaine de jours, il refleurit assez bien.


 Celles qui s'épanouissent en ce moment ont parfaitement supporté les pluies copieuses d'hier.


Ce très bel arbuste, sur lequel on trouve encore peu d'informations, fera l'objet d'une présentation détaillée l'an prochain. A ses coté, Larissa,  toujours fleuri depuis juin ressort bien.


A l'avant du massif, le rosier Sunstar est fleuri lui aussi. Ses roses aux nombreux pétales jaune d'or exhalent un doux parfum  et le feuillage de l'arbuste, sain et luisant, les met en valeur. Un vrai bijou auquel je compte associer d'autres rosiers jaunes ou orange. Il méritera lui aussi d'être décrit plus en détail.


 C'est à mes yeux un des plus beaux rosiers jaunes

  
Il semblerait bine que les rosiers Kordes apprécient d'être installés dans ce grand massif qui est l'un des principaux du jardin et je 'en suis heureux car c'est souvent vers lui que se portent mes regards.

© Ma Planète Jardin, 08/2017

vendredi 11 août 2017

Floraison estivale généreuse du jeune rosier Kordes Novalis


Dans mon jardin, août n'est jamais le mois des roses. Qu'il fasse chaud ou frais comme en ce moment, ils marquent une pause sans doute ne raison du manque d'eau qui rend la terre maigre où ils poussent si sèche. Cette période est depuis toujours la moins arrosée de l'année  dans mon jardin (et de moins en moins au fil des ans) si bien que les rosiers, pour la plupart, ne remontent pas au coeur de l'été. J'ai donc l'habitude de me contenter des deux ou trois variétés vraiment remontantes que je possède, c'est-à-dire Line Renaud, Pierre de Ronsard, Lamarque, The Fairy et aussi Robin Hood depuis quelques saisons.


Pour mon plus grand bonheur, cette situation a changé quelque peu avec l'installation de rosiers Kordes il y a près de trois ans. Leur vigueur et leur nature très florifère n'en finissent pas de me surprendre au cours de cet été.  Cet fois, c'est le jeune rosier Novalis qui offre une floraison estivale presque digne du mois juin.



J'apprécie la teinte unique de ce beau floribunda au port élégant. Ses grosses roses doubles d'un splendide bleu lavande n'ont pas aimé la canicule de juin mais résistent aux pluies de ces dernier jours.


Comme tous les rosiers Kordes du jardin, il s'est vite développé pour atteindre de belles proportions en trois ans seulement. Un véritable exploit dans une terre pauvre et aride comme la mienne




Devant Robin Hood, un magnifique hybride de Moschata très florifère et encadré par le rosier Solero et des vivaces à fleurs jaunes, il ressort bien. Une vrai merveille de rosier que je ne manquerai pas de présenter en détail tant il est plein de qualités.


Pour l'heure, deux autres rosiers Kordes qui arborent des coloris différents mais tout aussi séduisants préparent également une remontée. La quête des rosiers bien remontants en été est longue mais quand elle aboutit, elle comble le jardinier.


© Ma Planète Jardin, 08/2017

mardi 1 août 2017

Un lagerstroemia en pleine renaissance



Comme beaucoup d'arbustes à floraison estivale, le le lagerstroemia ou lilas des Indes a besoin d'être taillé pour bien fleurir, les bourgeons à fleurs apparaissent en effet sur les rameaux de l'année. Plus elle courte, plus belle est en principe la floraison mais elle est vraiment très généreuse si le temps est suffisamment chaud et ensoleillé sans être trop sec. Dans mon jardin, ces conditions ne sont pas toujours réunies et la floraison de ce très bel arbuste n'est pas toujours opulente.

A la fin de l'hiver dernier, je m'étais astreint à une taille drastique de toutes les pousses  de l'année en ne gardant pratiquement que les branches charpentière, ce que je n'avais jamais vraiment pu ou su faire auparavant. Les bourgeons étaient prometteurs et les jeunes pousses vigoureuses jusqu'à ce que les fortes gelées de la fin avril anéantissent les résultats encourageants de mon intervention. Je n'étais pas inquiet pour la survie de l'arbuste mais j'avais déjà renoncé à sa floraison.

Après les gelées de la fin avril

Pleine de ressource, la nature dément souvent les pronostics du jardinier, fort heureusement quelquefois dans un sens positif. C'est le cas pour le jeune lagerstroemia à fleurs roses du jardin. Ragaillardi par la chaleur qui a régné entre la fin  mai et la mi-juillet et bien arrosé par des précipitations suffisantes, il est insolent de santé et m'offre depuis deux semaines la plus belle de toutes ses floraisons. Il porte un grand nombre de panicules de fleurs rose foncé au pétales frangés d'une grande beauté.


Avec le buddleia Sungold en fleurs lui aussi, il contribue a égayer la partie sud du jardin où les fleurs sont un peu rares en  cette période.


A l'automne, il me faudra transplanter l'autre sujet que je possède pour enfin profiter de ses superbes fleurs mauves, son emplacement actuel, trop ombragé , ne lui convient pas. A eux deux, ils devraient donner un spectacle haut en couleurs.


 © Ma Planète Jardin, 08/2017

lundi 10 juillet 2017

Trois jeunes rosiers Kordes très remontants malgré la canicule


Dans mon jardin au sol superficiel et pauvre, les rosiers ont pour la plupart beaucoup de mal à refleurir si le temps est sec et chaud voire même caniculaire comme c'est le cas depuis près d'un mois. A la fin juin, tous à l'exception de The fairy et de Line Renaud étaient défleuris et taillés ou nettoyés, du jamais vu. Je me préparais donc à un été sans roses et attendais avec impatience la floraison des vivaces estivales.

Contre toute attente, le massif des quatre saisons a retrouvé un certain attrait depuis quelques jours. Certes, les roses ne sont pas aussi nombreuses qu'en mai et les népétas et les alchémilles qui le bordent donnent des signes de faiblesse mais la floraison de trois rosiers installés depuis deux ans seulement est assez jolie et me satisfait tout à fait.


Il se trouve que ces trois rosiers sont des créations Kordes plantées fin décembre 2014. Leur floraison en mai-juin fut belle comme en attestent les photo ci-dessous. A leur pied les vivaces étaient pimpantes et la pelouse alentours bien verte alors qu'elle est partiellement grillée en ce moment. Leur vigueur, leur résistance à la chaleur et à la sécheresse sont remarquables, je l'ai déjà constaté pour les autres rosiers Kordes de mon jardin.


A quelques jours du 14 juillet, ils refleurissent avec une certaine générosité. Le plus beau est sans conteste Kölner Flora qui en deux ans atteint 1,50m de haut et offre des roses bien doubles au parfum suave. Cet arbuste vigoureux est devenu le plus grand du massif. Il fera l'objet d'une présentation détaillée au printemps prochain tant ce rosier d'exception gagne à être connu.



Larissa forme chez moi un arbuste de 1m haut et de large et ses petites fleurs rose pale en forme de pompons sont charmantes. Une valeur sûre pour tous les jardins. Merci à Sophie de Notre jardin Secret de me l'avoir fait découvrir.



A l'avant du massif c'est Solero qui attire le regard Ce petit buisson au port compact donne de belles roses en quartiers très doubles d'un superbe jaune clair. Un petit bijou qui  sera lui aussi présenté quand il se sera étoffé.




Ce trio de rosiers redonne un vrai second souffle au massif. Deux autres rosiers Kordes  qui leur sont associés devraient aussi refleurir sous peu et je pourrai peut-être profiter d'une autre très elle remontée estivale.


Des roses en juillet, voilà de quoi redonner le sourire au jardinier qui en oublie que d'autres parties du jardin sont quelque peu à la peine en raison de la sécheresse  et des vagues de chaleur successives.

 © Ma Planète Jardin, 07/2017