Pour ne plus être importuné par des publicités intempestives, actualisez la page lors de votre première visite.

samedi 21 juin 2014

Plantations de printemps(2), une haie de persistants


Le printemps qui vient de s'achever fut l'occasion de faire de nombreuses plantations, les dernières ont été terminées il y a quelques jours seulement et pour leur faire passer sans encombre l'été qui pourrait être chaud et sec j'ai pris quelques précautions. J'avais depuis longtemps dans l'idée d'installer des arbustes à feuillage persistant dont mon jardin n' est pas très riche. Précieux, ils structurent l'espace en hiver et apportent de la couleur. Jusqu'alors la place manquait car j'avais accordé la priorité aux vivaces, aux arbustes caducs et aux rosiers.


Grâce à l'initiative de mon voisin, de nouvelles possibilités m'ont été offertes. Il a fait abattre une haie de thuyas vieillissants et malades qui projetait une ombre dense sur la limite ouest du jardin où rien ne poussait. Les thuyas disparus, la lumière, l'air et la pluie ont rendu cette parcelle cultivable sinon fertile car à cet endroit il n'y a guère plus de 30cm de terre. La vue sur la campagne est à nouveau bien dégagée mais les abords de la clôture grillagée qui a été remplacée étaient décidément trop nus à mon goût.


J'ai donc choisi des arbustes persistants qui formeront une haie libre. Sur la moitié sud-ouest ont été installés une viorne de Prague, un viburnum persistant qui fleurit au printemps, un olearia haasti, que nos amis Anglais appellent Daisy bush, tant ses nombreuses petites fleurs ressemblent à des marguerites, un osmanthe à feuilles de houx pour son feuillage découpé et ses fleurs blanches parfumées, un berberis de Darwin aux feuilles épineuses vert brillant et aux grappes de fleurs jaune orangé, un houx JC van Tol qui possède quelques baies encore vertes et de jolis boutons et deux fusains du Japon, Aureomarginatus, panaché de jaune et Président Gauthier marginé de crème. 

                         Berberis de Darwin                                           Viorne de Prague
                    
                        Houx JC Van Tol                                            Osmanthe  à feuilles de houx
                           Fusain Aureomarginatus                               Fusain Président Gauthier

                                                                  Olearia haastii
                                                                 
Tous sont de jeunes plants sauf l'olearia que j'ai choisi assez gros puisqu'il est le moins rustique. J'ai aussi transplanté dans cette haie le viburnum odoratissimum qui ne se plaisait pas à son ancien emplacement. Le reste de la haie se compose des eleagnus Limelight et des photinias Red Robin de Planfor. Pour finir, j'ai planté trois conifères au pied du cornouiller sanguin où grimpe le rosier Paul's himalayan Musk. Le thuya Emeraude, le  faux cyprès de Lawson Columnaris et le cupressus macrocarpa Gold Crest au parfum de citron égaieront ce coin si triste en hiver.


Grâce à un paillage épais, du compost et de l'engrais organique, les nouveaux venus devraient s'implanter facilement. D'ailleurs, malgré le temps chaud et sec plusieurs ont déjà poussé. La patience est toutefois de mise.

 © Ma Planète Jardin, 06/2014

mardi 17 juin 2014

Première belle floraison pour le rosier grimpant Super Fairy


La floraison de beaucoup de mes rosiers a été quelque peu malmenée par un orage de grêle heureusement très bref et le vent fort et desséchant qui souffle sur le jardin depuis plusieurs jours compromet la remontée. La saison des roses semble terminée alors qu'elle devrait battre son plein. Par bonheur, un des derniers grimpants installés a choisi cette période sans roses ou presque pour se faire remarquer.


Planté en mars 2012, le rosier Super Fairy (Hetzel, 1996) avait végété et peu fleuri, la proximité d'un bosquet de lilas envahissant et une exposition trop ombragée ne lui  convenaient guère. L'hiver dernier il a été transplanté en limite est du potager où il reçoit davantage de lumière. Depuis une semaine, il offre une jolie floraison qui résiste bien aux conditions climatiques médiocres qui règnent pour l'instant.




L'arçure des branches charpentières a permis la croissance de rameaux florifères. Ils portent des petites fleurs doubles rose pâle en forme de rosette aux pétales froncés et aux étamines dorées qui sont la réplique de celle du polyantha. Tout comme lui, il possède un feuillage vert foncé et luisant qui est toujours sain et se contente de peu pour être beau. Il a des tiges longues et flexibles comme les rosiers lianes mais il est moins épineux que ces derniers et surtout moins vigoureux puisqu'il ne dépasse pas 4 à 5m de haut.




J'espère le voir s'étoffer et recouvrir très vite la clôture du potager. En attendant ce moment, je profite du spectacle qu'offre derrière lui Toby Tristam, un rosier liane qui fleurit longtemps et The Fairy en version basse. Il croule comme toujours sous les fleurs.



 Les rosier Féérie, décidément une bien belle famille !



© Ma Planète Jardin, 06/2014

samedi 14 juin 2014

Plantations de printemps (1), les végétaux de chez Planfor


Je ne suis pas coutumier des plantations effectuées à la fin du printemps mais je dois reconnaître que lorsque les conditions sont favorables comme cette année le résultat est étonnant. La terre copieusement abreuvée pendant tout le mois de mai et réchauffée par le soleil ardent de juin a permis aux végétaux reçus de chez Planfor de commencer à s'installer assez facilement, ce qui dans un sol maigre et pauvre comme celui de mon jardin n'est pas toujours le cas. En les voyant si beaux et si pleins de vigueur environ 15 jours après la plantation, j'ai du mal à imaginer qu'ils ont voyagé par la poste. Je félicite encore une fois Planfor pour la qualité de ses plantes et aussi pour le choix très vaste qu'ils proposent.

Les hydrangeas se portent à merveille. Annabelle, qui a de nombreux boutons, a pris place au pied du rosier Buff beauty où il pourra s'étaler à loisir. L'hortensia  paniculé Kyushu, planté non loin du rosier du Ballerina, avait des fleurs prometteuses. La grêle a brisé une branche mais de nouvelles feuilles sortent déjà au niveau de la cassure. Tout près de là, j'ai placé l'hortensia à feuilles de chêne au feuillage si joliment découpé. Il commence à fleurir. Je suis très heureux de posséder ces trois beaux arbustes.



Les geraniums vivaces et l'heuchère ont été installés au pied du rosier Centenaire de Lourdes en remplacement d'une touffe imposante de geraniums d'Endress. Quant aux oeillets  mignardises, je les ai plantés dans une zone un peu en pente au bord de la terrasse sud où je leur associerai à l'automne d'autres plantes de rocaille. 


La viorne de Corée, le caryopteris, la lavatère Barnsley et le leycesteria ont pris place dans le massif sud- ouest. Ces jeunes plants se portent très bien et ont même poussé un peu. Le paillage disposé à leur pied maintient la fraîcheur et évite la concurrence des mauvaises herbes.


 Le chèvrefeuille grimpant Goldflame habillera la base un peu dégarnie du rosier Bouquet d'Or.


Le bambou Fargesia a rejoint le jardin exotique où il accompagne le phormium et les cannes de Provence.


Le ceanothe persistant, les eleagnus et les photinias prospèrent aussi et ils ont contribué avec quelques autres arbustes à métamorphoser la limite ouest du jardin. J'y reviendrai très bientôt.Il ne me reste plus maintenant qu'à patienter jusqu'à ce que les feuillages s'étoffent et que les floraisons s'épanouissent, ce qui est plutôt agréable.

© Ma Planète Jardin, 06/2014

mardi 10 juin 2014

Rosier evêque, un arbuste résistant et très florifère


Ce rosier ancien aux origines inconnues mais très certainement issu d'un croisement entre un gallique et un centfeuille offre une floraison particulièrment belle depuis plusieurs jours et ses roses au coloris somptueux n'ont nullement été affectées par l'orage de grêle qui a fait souffrir certains autres rosiers du jardin. Il est pourtant installé dans le coin le plus ingrat du potager, coincé entre la haie de lauriers de mon voisin et le mirabellier. D'ailleurs, les quelques rosiers modernes qui lui tiennent compagnie font piètre figure comparés à lui.


Ce rosier  qui est connu aussi sous le nom de Belle Evêque est un arbuste au port souple et arrondi de 1,30m à 1,80m. Ses tiges assez fines et peu épineuses portent un ample feuillage vert moyen qui reste toujours très sain. Ses feuilles allongées, assez nettement nervurées et dentées sur les rebords ressemblent beaucoup à celles des centfeuille. En juin, il se couvre d'une multitude de petites fleurs (2cm) très doubles en forme de rosettes aplaties qui sont  groupées par trois ou quatre.


Leur couleur pourpre violacé aux reflets bleutés qui rappelle celle d'autres rosiers anciens est superbe et leur parfum puissant.Le rosier évêque est non remontant mais comme les galliques il fleurit pendant trois bonnes semaines. Rustique, indemne de maladies et frugal, il pousse partout. Il demande peu d'entretien. Après la floraison, je supprime les fleurs fanées et en automne je rabats les tiges qui ont poussé un peu trop en hauteur pour lui conserver une silhouette compacte.


Un vrai bijou auquel je compte associer des galliques à l'automne prochain, comme par exemple Belle Isis, Belle de Crécy, Duc de Guiche, Duchesse de Montebello et la célèbre rose de Provins (rosa gallica officinalis).


Dans un autre coin du jardin, un rosier à la couleur très foncée attire lui aussi le regard, The Prince. Il est rare qu'il soit aussi fleuri en juin. D'habitude, il lui faut la chaleur de juillet pour s'épanouir.



© Ma Planète Jardin, 06/2014

jeudi 5 juin 2014

AXT Rapid 2200, un broyeur Bosch puissant et performant


Lorsqu'on est amené à entreprendre des travaux de taille importants, ce qui est mon cas en ce moment, la question de l'évacuation des déchets se pose inévitablement. La meilleure solution consiste à broyer les déchets de taille pour en faire un paillis utilisable au potager et dans massifs. Constitué de feuilles et de bois, il est assez équilibré pour être employé partout.


Grâce à Bosch, la marque d'outillage et d'électro-ménager bien connue, j'ai pu tester le broyeur AXT Rapid 2200. Une première, je n'avais jamais utilisé ce genre de matériel. Je me s'y suis  très vite habitué et il me donne entière satisfaction.

J'ai tout de suite apprécié la forme pratique de l'entonnoir et le poussoir qui permet d'introduire facilement une grande quantité de végétaux en toute sécurité. La lame du couteau (réversible et remplaçable) est taillée au laser, ce qui garantit une puissance de coupe importante. Le moteur délivre un couple important, les branches sont broyées rapidement. Pour plus de sécurité, la lame n'est pas accessible pendant le broyage, un double clapet de protection évite la projection d'éléments et un disjoncteur thermique protège le moteur.

Léger(12kg) et maniable, il se transporte aisément puisqu'il est équipé de roues et d'une large poignée. N'étant pas équipé du sac qui s'adapte sur l'appareil, j'ai recyclé le carton qui le contenait en bac de ramassage. Il me faudra juste acquérir du spray d'entretien Bosch pour prolonger la durée de vie de la lame.




Ce broyeur est particulièrement adapté pour tous les déchets verts et les bois tendres et souples. j'ai donc trié et recoupé les branches pour éliminer celles qui étaient trop grosses trop dures ou difformes. Elles seront portées à la déchetterie.



Son efficacité redoutable m'a permis de broyer un volume d'environ 10m² en quelques heures,  un rythme très rapide auquel je ne m'attendais vraiment pas. Ce broyat a été épandu au pied des haies et dans les massifs de vivaces. Il n'est pas extrêmement bruyant puisqu'il émet 103 décibels mais  le port d'une protection acoustique est recommandé.



Une petite vidéo de l'outil en action. Il faut le recharger souvent car il broie vite et bien !


video


Je ne saurais assez enjoindre à la prudence les utilisateurs de ce bel outil. Il faut tenir les mains éloignées de l'entonnoir et de la sortie des déchets et prendre garde au fait que l'appareil continue à tourner quelque secondes après avoir été arrêté. Par ailleurs, les déchets les plus longs s'agitent dangereusement lorsqu'ils sont happés. Il est enfin nécessaire de porter des lunettes de protection.

Caractéristiques techniques:

Puissance :2200W
Double lame en acier trempé extra-dur
Capacité de coupe: 40mm
Nombre de tours minute: 3650
Moteur breveté  'Power Drive' (couple 14Nm)
Entonnoir breveté pour 40% de débit supplémentaire
Débit: 90kg/heure
Poids: 12 kg

Un outil  indispensable pour l'entretien du jardin. Un grand merci à Bosch pour l'avoir conçu.

© Ma Planète Jardin, 06/2014