Pour ne plus être importuné par des publicités intempestives, actualisez la page lors de votre première visite.

mercredi 15 juin 2016

Des roses envers et contre tout


Dans mon jardin, les rosiers ne sont jamais si beaux que lorsqu'il subissent le froid hivernal et un printemps chaud et ensoleillé. Ce fut le cas en 2012 où leurs floraisons furent exceptionnellement généreuses. Cette année, les conditions ne sont guère réunies pour que la saison des rose soit aussi belle. L'hiver fut trop doux, quant au printemps, il a été frais et surtout excessivement humide. Depuis quinze jours, des pluies torrentielles s'abattent sur le jardin. Fort heureusement, certains rosiers se jouent de ce temps maussade et assurent le spectacle. Des roses, il y en a et suffisamment pour en profiter pleinement.


Ces pluies surabondantes n'ont pas réussi aux Noisette qui ont besoin de chaleur et de lumière. Mme Alfred Carrière n'a pratiquement pas fleuri, les roses de Bouquet d'or ont pourri et son feuillage s'est tâché. Seul Lamarque, pourtant le plus fragile des trois, est présentable.


Les hybrides de moschata sont eux superbes et ils résistent très bien aux intempéries.

Felicia

Pink Prosperity qui s'écoule un peu malgré une taille courte.


Buff Beauty et Prosperity



Robin Hood

J'attends beaucoup de Mozart planté l'hiver dernier.


 Non loin de là, Ulrich Brunner offre des roses énormes et délicieusement parfumées.


Déplacée l'hiver dernier, Gertrud Jekyll semble s'être acclimatée.




Quelques drageons prélevés sur le rosier centifolia ont bien vite prospéré et n'ont pas tardé à donner de belles roses.


Dans la partie sud du jardin, Gold Cottage fleurit depuis exactement un mois accompagné  maintenant par Yellow Romantica.


Le long du chemin, Lavender Dream, Westerland et Sally Holmes se remarquent.



Le beau Salet prépare une jolie floraison .


Les rosiers anciens plantés au printemps 2015 se portent très bien. La place me manque mais j'aimerais en accueillir d'autres.

Fantin Latour, un centifolia d'une grande élégance.


 Ispahan, un rosier de Damas florifère et parfumé.



La fabuleuse Duchesse de Montebello un rosier gallique qui semble installé depuis longtemps.


Belle Isis, un gallique également, lui ressemble par la couleur mais il est moins vigoureux.



Belle sans flatterie aux roses opulentes. 



Bloomfield Abundance, un rosier de Chine qui donne une profusion de petites fleurs rose pâle portées par des rameaux souples et vigoureux.



Quelques grimpants ont su tirer leur épingle du jeu, comme la belle Ghislaine de Féligonde dont la floraison est somptueuse par tous les temps. Elle me demande un gros travail de nettoyage mais j'y consens volontiers car sa magnificence le justifie largement.



Pierre de Ronsard, La Giralda et New Dawn qui a beaucoup mieux résisté au mauvais temps qu'un autre hybride de wichuraiana, City of York à présent complètement défleuri.



Paul's Himlayan Musk


Les rosiers Kordes plantés en janvier 2015 poussent très bien dans la terre maigre du jardin. Ils affichent tous une santé resplendissante et beaucoup sont fleuris.

Novalis à la teinte mauve unique.


Solero

Madame Anisette

Rosenfaszination 


Portorož

Rugelda


Il n'en faut pas plus au jardinier pour être heureux et assouvir sa passion des roses.


© Ma Planète Jardin, 06/2016

Aucun commentaire:

Publier un commentaire