Pour ne plus être importuné par des publicités intempestives, actualisez la page lors de votre première visite.

mardi 9 décembre 2014

Un massif exotique attrayant toute l'année


En ce début décembre beaucoup de mes plantes exotiques ont perdu de leur éclat. Bien sûr, les palmiers qui ont maintenant des dimensions imposantes restent beaux en toutes saisons et ils constituent l'architecture permanente du jardin. Il y a aussi les euryops qui apportent une belle note fleurie mais à cette période de l'année le regard est surtout attiré par d'autres végétaux qui se font discrets dans le foisonnement végétal de l'été.

Tout au fond du jardin, en fait presque au pied de l'eucalyptus, un massif composé de plantes au feuillage graphique et coloré ressort particulièrement et à vrai dire sa beauté m'enchante précisément lorsque la grisaille règne en maître. Il a fallu des années d'attente et de patience pour que les feuillages s'étoffent, que les formes et les couleurs arrivent à s'affirmer. La presque totalité des plantes choisies pour créer ce massif exotique sont rustiques sans protection, la majorité ont un feuillage persistant et toutes demandent peu d'entretien. Associés dans un massif de 4 à 5m², phormiums, canne de Provence (arundo donax), fargesia, yuccas et acanthes créent une impression de luxuriance sans être envahissants.


La canne de Provence aux nombreuses tiges arbore de magnifiques feuilles panachées de blanc crème. Elles persisteront une partie de l'hiver. Bien qu'elle soit courante en France, je la trouve furieusement exotique. Elle a mis un certain temps à s'établir car la terre est assez sèche dans ce coin du jardin.

 
 
Le phormium pourpre, dont j'ai pris soin de nombreux hivers, se débrouille seul à présent. Il m'offre de plus en plus de longues feuilles rubanées presque noires et cette année il a donné une inflorescence spectaculaire.
 

A son pied prospère un autre phormium (Rainbow Queen), un de mes premiers achats pour ce jardin. J'ai cru le perdre jusqu'à ce que son transfert dans ce massif lui permette de d'exprimer. Il est assez petit (90cm), comme tous les phormiums issus de phormium cookianum.


Il n'est pas utile de présenter le piquant yucca filamentosa (photographié en juillet dernier pendant sa floraison). La variété Bright Edge, lumineuse et de toute beauté, est elle moins connue. Leur port compact et leur feuillage plus raide et plus court que celui des phormiums et de la canne de Provence apporte de la diversité et rompt l'uniformité.



Quant aux acanthes, elles sont arrivées ici par hasard. Elles occupaient autrefois un massif en bordure d'allée où elles se montraient trop exubérantes et se ressemaient sans modération. Leurs feuilles amples et découpées se marient très bien avec le feuillage lancéolé de leurs voisines, tout comme leur floraison très graphique en été.


Le dernier arrivé est un Fargesia rufa de chez Planfor, qui a un peu souffert de la sécheresse  au printemps mais qui semble bien s'installer pour de bon. Son feuillage élégant me comble déjà.


Ce massif conçu pour l'été devient le point du mire du regard en automne et pendant une bonne partie de l'hiver, un moment de l'année où il est difficile de trouver de l'exotisme

© Ma Planète Jardin, 12/2014

Aucun commentaire:

Publier un commentaire