Pour ne plus être importuné par des publicités intempestives, actualisez la page lors de votre première visite.

jeudi 10 septembre 2015

'Mme Julia Correvon', une clématite florifère et peu exigeante


Les clématites à grandes fleurs sont des grimpantes superbes mais malgré tous mes efforts, ces belles capricieuses ne donnent que de piètres résultats dans mon jardin. Elles arrivent certes à fleurir au printemps mais elles ne parviennent jamais à s'étoffer et finissent parfois par dépérir si bien que j'ai renoncé à les cultiver au profit des clématites viticella qui  fleurissent beaucoup en demandant peu de soins.


Après avoir déjà bien fleuri à la fin du printemps, la clématite Mme Julia Correvon installée à l'entrée du potager offre une très belle deuxième floraison depuis plusieurs semaines, sans doute la plus belle depuis son acquisition. Les températures fraîches expliquent certainement cette floraison généreuse au coloris intense. Naguère plantée en situation brûlante dans la partie sud du  jardin, elle ne donne tout sa mesure que depuis son transfert récent à son emplacement actuel où elle profite de la fraîcheur et de l'ombre en fin de journée. Sa floraison apporte de la couleur dans un espace où en juin les rosiers Chaplin's Pink Climber et Paul's Scarlet se font particulièrement remarquer.



Assez vigoureuse, cette clématite originaire d'Europe méridionale est une liane qui peut atteindre 3,5m de haut pour un 1 mètre de large. Ses tiges munies de vrilles qui lui permettent de d'accrocher à son support portent un abondant feuillage composé de folioles trilobées vert franc. Les fleurs ressemblent  a de petites  clochettes avant d'éclore puis s'ouvrent en grandes fleurs plates de forme étoilée. Leurs grands pétales étroits et écartés dont le bord supérieur est recourbé vers le bas sont d'un beau rouge foncé qui tranche avec les étamines jaunes du coeur.Dans mon jardin, cette floraison élégante se produit en juin puis en août-septembre durant trois à quatre semaines.



Contrairement à d'autres, cette clématite  solide et résistante ne craint pas la chaleur ni le vent, se contente d'un sol drainé pas trop sec et pousse très bien en sol maigre  à tendance calcaire comme chez moi. Les pluies surabondantes de la fin août (plus 80mm en quelques heures) et les vents forts de ces derniers jours ne l'empêchent nullement de continuer à fleurir. Non contente d'habiller la clôture du potager, elle escalade une touffe d'helenium qui est située de l'autre côté et rejoint la clématite des montagnes qui recouvre à présent tout le portique du potager.




Très simple, la taille de cette clématite qui fleurit sur les pousses de l'année se déroule en deux temps. A la fin de l'hiver, je taille tous les rameux secs au-dessus d'un bourgeon, ce qui revient bien souvent à la rabattre de moitié. En juillet, je taille toutes les branches ayant fleuri pour permettre une remonté en fin d'été.



Une très belle grimpante qui a réconcilié le jardiner avec les clématites.



© Ma Planète Jardin, 09/2015

Aucun commentaire:

Publier un commentaire