Pour ne plus être importuné par des publicités intempestives, actualisez la page lors de votre première visite.

vendredi 21 octobre 2016

Le liquidambar en octobre, un des plus beaux rouges de l'automne


En cette fin octobre, le jardin est par endroits bien terne, la pelouse n'a pas reverdi et beaucoup d'arbustes qui souffrent toujours de la sécheresse persistante n'ont pas beaucoup d'allure. La floraison des asters, somme toute assez généreuse, commence à s'essouffler et l'ensemble manque un peu de couleurs. Les teintes chaudes et profondes qui font le charme du mois d'octobre finissant ne sont fort heureusement pas complètement absentes et c'est dans la partie sud jardin, celle que qui a le plus été éprouvée par quatre mois de sécheresse, que je peux les admirer.


Planté il y a 9 ans, le liquidambar, encore appelé copalme d'Amérique, arbore depuis quelques jours des nuances d'un rouge intense particulièrement remarquable. Il parfaitement résisté à la chaleur et au manque d'eau. Non seulement, il n'a perdu aucune feuille, ce qui est très rare fin octobre, mais il a profité de l'été pour pousser encore un peu et dépasser enfin les 2,5 mètres. Il est désormais plus haut que les ifs situés derrière lui et il parvient enfin à imposer sa présence.



Il a su prospérer sans arrosage ni fertilisant dans la terre maigre, calcaire et très sèche du jardin tout en supportant la concurrence des racines des ifs, c'est dire s'il est peu exigeant. Son port fastigié est harmonieux et ses feuilles palmées à cinq lobes très décoratives prennent des teintes magnifiques en automne. Cette année, elles sont intenses comme jamais, presque toutes les feuilles sont  d'un rouge pourpre  foncé assez uniforme qui attire immanquablement le regard. Pour plus d'effet, j'ai pris soin de laisser les branches sur toute la longueur du tronc, de façon que l'arbre entier s'embrase à la manière d'une grand torche.



Cet arbre robuste offre le meilleur de lui-même sans demander de soins particuliers mais il faut faire preuve de patience, il est lent à s'installer, pousse peu les premières années et son feuillage ne revêt pas tous les an des couleurs aussi flamboyantes. Lorsqu'elles seront tombées, ces feuilles seront rassemblées à son pied. Cette litière se décomposera peu à peu et enrichira le sol en humus qui favorise la croissance de l'arbre.



Je vais dès que possible lui associer un jeune ginkgo biloba qui ne se plaît guère à son emplacement actuel pour créer une scène haute en couleurs qui fera oublier la grisaille et le manque de tonus de certains autres végétaux.



Un petit bijou qui sait redonner de l'éclat au jardin fatigué

© Ma Planète Jardin, 10/2016

Aucun commentaire:

Publier un commentaire