Pour ne plus être importuné par des publicités intempestives, actualisez la page lors de votre première visite.

mercredi 6 mars 2013

L'iris d'Alger, un iris pour l'hiver


L'hiver a certes été gris et long mais sans période de froid excessif, c'est ce qui explique que la floraison des iris d'Alger soit si belle cette année, c'est en fait la plus généreuse depuis que j'ai planté quelques rhizomes il y a bien longtemps. Cet iris qui forme une touffe compacte possède un feuillage vert foncé très effilé qui est décoratif toute l'année car il est persistant. La floraison peut s'étaler de novembre à avril mais dans mon jardin c'est toujours à la fin février ou au début  mars qu'elle se produit.


  
Les fleurs qui sont parfumées sont portées par de courtes tiges. Leurs pétales, au nombre de six, sont bleu liliacé ou mauves et sont marqués d'un onglet très coloré qui explique le nom botanique de cet iris (unguicularis). Les nuances de couleurs sont riches et d'une grande finesse: un fond blanc strié de veines violettes et rayé d'une bande centrale jaune, ce qui produit un joli contraste. Assez fragiles, les fleurs ne durent que quelques jours mais se renouvellent régulièrement. La floraison est moins massive que celles des iris des jardins, chaque touffe ne porte que rarement plus d'une dizaine de fleurs épanouies.



 Cet iris originaire du Bassin méditerrannéen apprécie les situations très ensoleillées (le pied d'un mur exposé au Sud est idéal), les sols très bien drainés, pas trop riches et même plutôt secs et caillouteux. Dans mon jardin, il prospère dans un coin aride exposé plein Sud qui ne reçoit que très peu de pluie. Il est parfait pour les rocailles ou les jardins secs où il fera merveille en compagnie d'autres plantes résistant à la sécheresse. Il est assez rustique (-18°) mais le grand froid et la neige risquent de l'empêcher de fleurir; ce fut le cas l'an dernier,  je ne n'ai eu que quelques de fleurs.


L'iris d'Alger ne requiert pas beaucoup d'entretien, il faut juste ôter les feuilles sèches au centre de la touffe en fin d'été et éventuellement rabattre les longues feuilles qui pourraient masquer la floraison (je me contente pour ma part de les écarter sur le côté). Cet  iris présente l'avantage de ne pas drageonner et il vieillit très bien. Les deux sujets dont on me fit cadeau il y a près de quinze ans n'ont jamais eté divisés. Il déteste la concurrence des mauvaises herbes et le paillage, il faut donc veiller à garder le sol propre et nu.

 Cet iris, qui est à mes yeux un des plus beaux, n'a pas son pareil pour fleurir et égayer la fin de l'hiver.

© Ma Planète Jardin, 03/2013

4 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas l Iris d Alger mais vu ma terre lourde et argileuse jene pense pas qu il aimerait

    RépondreSupprimer
  2. J'ai acheté un plant sur ebay. Nommé également iris des 4 saisons je crois.
    Chez moi, il n'est jamais sorti. Planté il y a trois ans, je crois que le sol était trop lourd, trop humide. Je le regrette bien car j'avais payé le plant assez cher et avais attendu sa floraison avec impatience...

    RépondreSupprimer
  3. Je suis tombé sur votre blog en cherchant des infos sur l'iris d'Alger et bien merci. Je prendrais le temps de découvrir un peu plus votre jardin.

    RépondreSupprimer
  4. chez moi ça pousse tout seul et en plus c'est tres argileux.

    RépondreSupprimer