Pour ne plus être importuné par des publicités intempestives, actualisez la page lors de votre première visite.

mardi 17 septembre 2013

Solidago shortii, une vivace solide à la floraison tardive


Les solidages occupent une place importante dans mon jardin, d'abord parce qu'ils poussent très bien dans ma terre pauvre et sèche en été mais aussi parce que j'apprécie leurs grappes de fleurs jaunes lumineuses et légères qui font oublier leur nature un peu envahissante. La plupart des solidages sont des vivaces moyennes ou hautes dont la taille est comprise entre 40cm et 1m. Ils fleurissent le plus souvent de juillet à septembre. J'ai longtemps cherché une variété tardive, Solidago shortii, que peu de pépiniéristes proposent. Avec Golden Wings, introuvable en France, c'est à mes yeux l'un des plus, beaux.


Le solidago shortii se remarque à sa haute silhouette, il peut faire de 1,50m à 2m. Le sujet que j'ai installé au printemps 2012 dans un coin très ingrat du jardin se hisse déjà à plus de 1,80m. Ses tiges solides ne nécessitent aucun tuteurage, elles ont parfaitement résisté à la tempête du mois de juillet. Elles portent des feuilles lancéolées vert sombre. Les petites fleurs jaune d'or groupées en larges panicules pyramidales s'épanouissent en septembre-octobre.  La floraison est particulièrement longue.Dans mon jardin, elle a commencé il y a de deux semaines et malgré les pluies torrentielles du week-end dernier, elle est toujours très belle. J'imagine qu'elle se prolongera jusqu'à la mi-octobre.



A la différence de bien des solidages qui s'étendent sans modération grâce à leurs racines traçantes, le solidago shortii n'est pas envahissant. La souche n'a produit que trois tiges dans un espace restreint ce qui est sans commune mesure avec la puissance d'expansion de certaines autres variétés.


Même s'il préfère les sols assez riches et plutôt frais, ce solidage s'accommode parfaitement des sols pauvres et il résiste bien à la sécheresse. Une fois la floraison terminée, je couperai les fleurs fanées mais laisserai les tiges en place pour de conserver l'architecture du massif. eIles ne seront rabattues qu'au début de l'hiver quand elles auront grillé et ne seront plus décoratives Très robuste, il ne demande par ailleurs que peu de soins. Je lui apporte un peu de compost en fin d'hiver, une poignée d'engrais riche en potasse au printemps et je l'arrose un peu en période de sécheresse. 


Tout près de lui, le rudbeckia tribola est également en pleine floraison, une autre valeur sûre pour les terrains maigres et secs.


© Ma Planète Jardin, 09/2013

Aucun commentaire:

Publier un commentaire