Pour ne plus être importuné par des publicités intempestives, actualisez la page lors de votre première visite.

mercredi 2 avril 2014

Malus coccinella, un pommier d'ornement aux couleurs flamboyantes


J'ai acquis ce très bel arbuste de printemps aux nombreuses qualités ornemantales un peu par hasard il y a sept ans. Je voulais simplement un arbuste à la floraison colorée pour égayer le bout de la haie fleurie. Je me félicite de ce choix car il est devenu magnifique. Comme bien des végétaux, sa floraison a une folle avance cette année mais elle n'en est pas moins généreuse, à vrai dire généreuse comme jamais. Ses fleurs roses illuminent ce coin du jardin toujours un peu triste avant que la glycine, le cotoneaster franchetii et le rosier Mme Alfred Carrière n'apportent de la couleur.




Ce pommier d'ornement, malus coccinella Courtarou de son vrai nom, est un petit arbre ou un grand arbuste au port érigé qui ne dépasse pas 4 mètres de haut pour une largeur de 3m. Il prend naturellement un port presque colonnaire et c'est heureux car dans mon jardin il termine la haie fleurie et entre lui et le cotoneaster il n'y a qu'un mince passage qui permet d'accéder au grand massif situé derrière. Assez vigoureux, il mesure déjà plus de 2,5m de haut mais seulement 50cm de large.



Son feuillage poupre très décoratif  prend des nuances bronze en été. Ses fleurs simples rose foncé réunies en nombreux bouquets éclosent en principe mi-avril mais cette année elles se sont épanouies beaucoup plus tôt. Cette floraison spectaculaire mais très légère ne manque vraiment pas de charme. Les fruits rouge pourpre rendent ce pommier attrayant en automne. Son feuillage qui devient orange vif avant de tomber est également superbe à cette période de l'année.



Comme tous les pommiers d'ornement, il n'est pas exigeant sur la nature du sol. Il se contente d'une terre ordinaire bien drainée ni trop sèche ni trop calcaire et il aime les situations ensoleillées. Il résiste bien aux maladies des pommiers comme la tavelure et le feu bactérien. Il m'est certes arrivé de constater que certaines feuilles se flétrissaient mais le phénomène s'estompe toujours pendant l'été.


La taille n'est pas indispensable mais il est bien sûr possible d'élaircir la ramure trop dense des sujets âgés. Jusqu'à présent, j'ai seulement taillé légèrement quelques rameaux qui déséquilibraient sa silhouette. Un pommier d'ornement qui gagne vraiment à être connu.


 © Ma Planète Jardin, 01/2014

Aucun commentaire:

Publier un commentaire