Pour ne plus être importuné par des publicités intempestives, actualisez la page lors de votre première visite.

mercredi 3 mai 2017

Des gelées d'avril qui laissent des traces


Dans mon jardin au climat océanique les gelées tardives à la fin du mois d'avril sont rares et quand elles surviennent, elles causent quelques dégâts sans gravité au potager. Les légumes frileux qui eux ne supportent pas le gel n'y sont pas encore installés et l'impact se limite en fait à un retard de croissance. Cette année cependant, en raison de l'avance considérable de la végétation, les gelées d'avril ont eu des conséquences au jardin d'ornement.

Pour la première fois, les pousses particulièrement tendres de plusieurs arbustes, dont certains sont pourtant très résistants, ont été abîmées par le gel. Il n'a pas gelé très fort mais sur plusieurs jours entre le 20 et 29 avril derniers et cela a suffi à brûler et à noircir de nombreuses jeunes pousses. La sécheresse de l'air ambiant, importante après cinq semaines venteuses  et sans presque aucune pluie y est sans doute pour quelque chose.


Il a fallu du temps pour que les effets du gel soient visibles, je les découvre peu à peu en inspectant les arbustes du jardin.


Le chimonanthe, le mahonia Charity et surtout la viorne de Chine Summer Snowflake ont souffert mais ils s'en remettront aisément, la floraison du viburnum n'a d'ailleurs pas été touchée.



Plus délicate est la situation d'un des deux lagerstroemias. La taille courte et bien nette lui avait réussi et de nouvelles pousses pleines de promesses étaient sorties. Elles sont anéanties. Pendantes et noirâtres, elles vont sans doute tomber. Je préfère laisser le pauvre arbuste en l'état pour l'instant même si ce spectacle ne me plaît guère.




Le jeune feuillage de la bignone et du chitalpa ont été aussi mordus par le froid mais leur vigueur devrait effacer ces blessures. Ce qui est plus ennuyeux, c'est que les pousses de l'année de mon jeune osmanthe heterophyllus qui croît lentement sont mal en point.



Le camélia présente un aspect un peu dénudé. Par chance, la floraison, bien belle cette année, était finie.


Les hydrangeas s'en sortent bien mieux que les anémones du Japon.


Fort heureusement, le gel n'a pas eu de prise sur la floraison généreuse du viburnum mariesii ni sur les pommes de terre bien protégées sous un voile d'hivernage qui garde la chaleur diurne et hâte leur développement. Autant de satisfactions qui font oublier ces aléas climatiques.



© Ma Planète Jardin, 05/2017

Aucun commentaire:

Publier un commentaire