Pour ne plus être importuné par des publicités intempestives, actualisez la page lors de votre première visite.

dimanche 10 juillet 2011

Floraisons décalées


Nous sommes bientôt à la mi-juillet et pourtant le temps n'est pas très estival, le ciel est gris, les matinées et les soirées plutôt fraîches, le vent fort fait souffrir les plantes, il ne pleut pas et la sécheresse est de retour. Si la nature n'était pas aussi foisonnante, on se croirait en automne. D'ailleurs, certains végétaux du jardin semblent un peu perturbés par les conditions climatiques actuelles et fleurissent ou refleurissent pour la première fois à cette période l'année.

C'est surtout vrai pour les rosiers anciens du jardin qui bien que remontants marquent toujours une pause en juillet et en août quand les fortes chaleur sévissent dans ma région. Cette année, plusieurs refleurissent bien, j'en suis étonné, car je pensais que la première vague de roses, très généreuse et surtout trop précoce épuiserait les rosiers, il n'en est rien.

Bouquet d'or offre à nouveau ses belles roses en quartiers jaune foncé aux reflets cuivrés et aux pétales chiffonnés. Quoique très doubles, elles tiennent longtemps, la vigueur et la bonne santé de ce Noisette sont incroyables.



Le constat est le même pour Lamarque qui croulait sous les fleurs en mai. De plus, les nouvelles pousses sont très nombreuses.



Felicia, un très bel hybride musqué, remonte lui aussi en ce moment, je regrette qu'il soit - chez moi en tout cas- sujet au marsonia et qu'il se dégarnisse un peu du pied.



Considéré comme moyennement remontant, l'hybride remontant Mrs John Laing est bien fleuri lui aussi, dommage qu'il manque juste un peu de vigueur et que son feuillage soit un peu épars.



Le rosier anglais Heritage, malgré la rouille, n'a jamais été sans fleurs depuis le mois de mai et c'est vraiment inédit. Je me réjouis de ne pas m'en être débarrassé. Pour qu'il soit encore plus beau, je vais l'installer dans une plate-bande plus riche et mieux exposée.



Côté vivaces, le comportement des asters d'automne est déroutant, ils commencent à fleurir en avance, il y a certes tous les ans une fleur ou deux qui s'épanouissent en été mais je n'en ai jamais vu autant en juillet. Je préférerais en profiter en octobre.



Les coquelourdes fleurissent d'ordinaire abondamment puis les tiges sèchent, cette année, elles ont refleuri alors que je m'apprêtais à les nettoyer et a disperser les graines mures pour obtenir des plants au printemps prochain.



Cet été jusque-là en demi-teintes réserve malgré toutes quelques surprises au jardinier qui n'en finit pas d'apprendre et de remettre en cause ce qu'il croyait acquis.


© Ma Planète Jardin
, 07/2011

Aucun commentaire:

Publier un commentaire