Pour ne plus être importuné par des publicités intempestives, actualisez la page lors de votre première visite.

vendredi 22 juillet 2011

Un hortensia paniculé très généreux


Ce très bel hortensia arbustif dont je ne connais pas la variété mais dont les très grosses panicules  ressemblent vraiment beaucoup à celle de Phantom est très fleuri depuis quelque temps déjà avec une certaine avance par rapport à l'an dernier. Il éclipse tous les autres arbustes du jardin qui n'attirent guère l'attention. Je suis vraiment surpris par sa taille et par sa croissance importante depuis le printemps qui fut très chaud et vraiment très sec. Il n'a pourtant que cinq ou six ans et il est planté dans un sol médiocre enrichi de terreau à la plantation. Je lui ai apporté pour la première fois un peu de compost à la fin de l'hiver et je l'ai arrosé une fois ou deux mais très modérément pendant les grosses chaleurs du début juillet. Il apprécie les sols humifères mais tolère les sols secs et pauvres et résiste bien à la chaleur.

Il est tellement fleuri que ses branches ploient sous le poids des panicules. Il finit par encombrer une petite allée gazonnée que j'avais aménagée pour l'entretien des plantes mais qu'importe, il est toujours réjouissant de voir une plante prospérer avec si peu de soins. Planté dans un grand massif exposé au Nord-Est, il est protégé des rayons brûlants du soleil pendant les étés qui chez moi sont souvent chauds et secs (mais pas à l'heure où j'écris ces lignes!)


Hydrangea paniculata, 07/2011

Même la vieille spirée bumalda plantée tout près ne se remarque plus, surtout quand elle n'est pas fleurie comme en ce moment. Il fait plus d'un mètre cinquante de haut sur un mètre de large et porte près d'une centaine d'inflorescences de 15 centimètres. D'habitude, ses fleurs d'un blanc immaculé qu'on dirait de dentelle durent tout l'été et ne rougeoient qu'en octobre. Elles tiendront moins longtemps cette année, certaines fleurs rosissent déjà.



Je l'avais pourtant taillé assez court début mars en réduisant de moitié toutes les branches ayant fleuri et en supprimant celles qui étaient trop frêles, je voulais réduire un peu son encombrement. Je n'ai fait que stimuler sa vigueur et surtout sa floraison car il fleurit sur le bois de l'année et je m'en félicite. Cela me console de ne pas réussir les hydrangeas macrophyllas. Il faudra décidément que j'arrive à accueillir encore quelques-unes de ces merveilles que sont les hortensias arbustifs, le plus difficile sera de trouver une place.




A son pied prospèrent les commelines, bien épanouies aujourd'hui pour une raison plus que mystérieuse, le rosier Comte de Chambord qui a offert une petite remontée sur le point de se terminer, un coreopis grandiflora, d'infatigables coquelourdes et bien sûr une verveine de Buenos-Aires qui s'est invitée toute seule pour accompagner l'hortensia.


Je ne peux en définitive que le conseiller à tous les jardiniers qui veulent un bel arbuste très fleuri et peu exigeant.
© Ma Planète Jardin, 07/2011

Aucun commentaire:

Publier un commentaire