Pour ne plus être importuné par des publicités intempestives, actualisez la page lors de votre première visite.

mercredi 8 juin 2011

Lys parfumés et hémérocalles colorées


Le jardin revit et reverdit pour le plus grand plaisir du jardinier. Rien d'étonnant à cela, les pluies abondantes qu'on n'espérait plus se sont enfin abattues sur ma région (quelque 75 millimètres en 2 jours). Les vivaces et le potager ont apprécié. Ce genre de retournement se traduit par un regain d'enthousiasme et d'énergie. La saison qui s'annonce est encore pleine de promesses. Certes, les conséquences les plus visibles de la sécheresse s'estompent mais cela ne doit pas faire illusion la situation est critique pour les agriculteurs, notamment pour les éleveurs.

L'effet vivifiant de la pluie se remarque surtout sur les hémérocalles du jardin, leur beau feuillage rubanné commençait à griller, quant aux fleurs, soit elles ne s'ouvraient pas, soit elles cuisaient en quelques heures, un comble pour cette belle vivace nommée aussi lys d'un jour. Je ne suis pas un spécialiste de ces fleurs, je les ai adoptées tardivement, pensant que la terre peu profonde, pauvre et sèche de mon jardin ne leur plairait pas. Il n'en est rien. Bien sûr, j'ai dû les regrouper dans un grand massif exposé au nord, les variétés à fleurs simples prospèrent au pied de vieux rosiers, les doubles aiment l'ombre de la spirée.



J'apprécie beaucoup le coloris orange vif de celle qui s'épanouit la première, je ne connais pas la variété, il s'agit peut-être d'Orange Prélude. Je ne retrouve cette teinte orange vif si tonique nulle part ailleurs dans mon jardin. Ses fleurs en large cornet aux étamines noires un peu redressées sont très belles. Les hémérocalles sont très rustiques, elle peuvent rester au moins 15 ans en place sans soins particuliers. Je me contente de les arroser un peu, de faire tomber les fleurs fanées qui ne disparaissent pas d'elles-mêmes et de les toiletter en novembre.



Elle tiennent compagnie au geranium Johnson's Blue qui a tendance à beaucoup s'étaler et dont la floraison est un peu trop brève.


Cette année, elles ont fleuri avec de l'avance et leur floraison coïncide avec celle d'une autre liliacée, elle aussi bien précoce cette année, le lys royal (lilium regale). Royal, il l'est assurément par sa haute taille, ses fleurs en trompette, d'un blanc immaculé sur le devant et roses au revers et surtout par son parfum extrêmement puissant. Pour l'instant, quelques fleurs seulement sont ouvertes, de nouvelles suivront vite, relayées par d'autres variétés à fleurs jaunes oranges et rouges.



La catastrophe n'a pas eu lieu pour l'instant, les plantes sont abreuvées, le jardinier retrouve ses marques. Dans ce domaine, rien n'est jamais prévisible et c'est ce qui en fait aussi l'intérêt.

© Ma Planète Jardin, 06/2011

Aucun commentaire:

Publier un commentaire